Visite officielle de Madame Annick Girardin, Ministre de la Mer

« L’Océan est un bien commun  et c’est l’enjeu duquel il faut partir »  nous a dit le Président Macron fin 2019.  Quelques mois plus tard, un ministère de la mer était mis en place dans le gouvernement français. Madame Annick Girardin ancienne députée de Saint-Pierre-et-Miquelon et ministre des Outre-mer dirige aujourd’hui et incarne ce ministère. Vendredi 26 mars 2021, elle a honoré toute la filière d’excellence en Océanographie de Toulouse/Occitanie. Après avoir visité Météo France et le SHOM (deux actionnaires de Mercator Océan International), elle est venue à la rencontre de Mercator Ocean International.

De gauche à droite, Mickaël Nogal, député de Haute-Garonne, Pierre Bahurel, Directeur général de Mercator Ocean International, Madame la Ministre Annick Girardin,  Sandrine Mörch, députée de Haute-Garonne, et Etienne Guyot, Préfet de la Région Occitanie.

 Madame la Ministre était accompagnée de Monsieur Etienne Guyot, Préfet de la Région Occitanie, de Madame Mörch, députée de Haute-Garonne, de Monsieur Nogal, député de Haute-Garonne, de Monsieur Monthubert, conseiller régional d’Occitanie, président Occitanie Data et OPenIG et de Monsieur Boureau, conseiller départemental. Pierre Bahurel a présenté les équipes, les métiers et le mode de travail collaboratif et partenarial de Mercator Ocean International et a expliqué , notamment au travers d’applications digitales interactives, en quoi nos activités servent un intérêt général en faveur des océans durables : « Né il y a 25 ans de la vision française de construire un service d’océanographie opérationnelle sous l’impulsion de six  établissements publics (CNES, CNRS, IFREMER, IRD, Météo France et leSHOM), Mercator Ocean International est devenu en quelques années le chef de file européen de l’analyse et de la prévision océanique ». Sa gouvernance est aujourd’hui  multi-nationale, avec des organismes associés en France, Espagne, Italie, Norvège, Grande-Bretagne et bientôt dans d’autres Etats-Membres de l’UE. « Notre premier atout est notre capacité opérationnelle à décrire un océan digital sur l’ensemble du globe permettant d’accéder à une information sur l’environnement, cohérente avec les grands systèmes d’observation de l’océan et transformée pour être accessible aux experts comme aux non-experts, à l’instar du Service Marin de Copernicus de l’Union Européenne que nous pilotons depuis 2014 ».

Application digitale interactive « MyOcean » développée pour les musées et les cités des sciences.

Mercator Ocean International s’attache à construire un socle pérenne et pertinent de connaissances scientifiques et techniques pour répondre à de grands enjeux globaux (climat, environnement, biodiversité, gouvernance des océans, économie durable…). « Nous avons atteint une certaine maturité dans le domaine de l’Océanographie Digitale, qui nous permet non seulement de décrire l’état physique et biogéochimique de l’océan de façon réaliste et opérationnelle mais aussi de déterminer les besoins en amont en matière d’observation de la terre et de savoir comment en développer les usages. C’est pourquoi, outre ses actionnaires et le programme Copernicus de l’Union Européenne (30 000 abonnés et 250 000 utilisateurs dans le monde), nous servons aujourd’hui la diplomatie européenne (EU4OceanObs) en hébergeant et en défendant les activités Européennes de GEO et du G7 Coordination Center /GOOS (Global Ocean Observation System), nous délivrons pour l’Union Européenne un Ocean State Report  annuel sur base de l’état de l’art en matière d’indicateurs océaniques, nous intervenons dans les productions du GIEC (Rapport spécial sur l’océan et la cryosphère), et nous impliquons auprès de la COI-UNESCO dans la Décennie des sciences océaniques, dont le lancement est prévu le 31 mai prochain ».

Dans quelques mois, Mercator Ocean International va s’installer au cœur d’un des grands projets urbains de Toulouse Métropole, Toulouse Aerospace, un éco-quartier, dédié à l’innovation et au rayonnement européen de la Métropole. Et c’est bien une « nouvelle dynamique bleue que Mercator Ocean International souhaite insuffler dans le monde depuis Toulouse, berceau d’une solide filière océanographique au cœur de l’UE ». Un message lancé par Pierre Bahurel et très bien reçu par Madame la Ministre et sa délégation.

Catégories

Menu